CHÂTILLON ÉCOLOGIE SOLIDAIRE

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Éco-IRresponsabilité

Fil des billets

mercredi 17 octobre 2012

Un maire incohérent, à la solde des opérateurs

À Châtillon, une concentration anormale d’antennes-relais d’opérateurs de téléphonie mobile a poussé sur le toit du plus haut immeuble du centre ville. Les habitants tentent de réagir, mais ils sont locataires de l’office HLM qui se fait beaucoup d’argent avec ces installations. Les normes européennes, pas encore transcrites dans le droit français sont largement dépassées. La ville de Paris est pourtant récemment sortie victorieuse d’un bras de fer avec les opérateurs qui devront installer plus d’antennes moins puissantes mais au final réduire les émissions. Il est donc possible d’appliquer le principe de précaution.

Mais le maire s’y refuse, les mesures sont effectuées par l’opérateur lui-même et il ne veut pas d’une concertation pourtant prévue dans sa propre charte sur les antennes. Extrait de ses incohérences en conseil municipal :

Le maire : « Il n’y a pas de certitude scientifique, mais on peut dire pratiquement avec certitude qu’il n’y a pas de danger. C’est la faute des technocrates des ministères. Je n’ai pas envie de m’en occuper dan[|http://www.robindestoits.org/Le-Conseil-de-Paris-adopte-sa-charte-sur-les-antennes-relais-Le-Monde-16-10-2012_a1792.html]s ces conditions-là. Il n’y a aucune concertation qui peut aboutir. Les ondes émises par ces relais sont infiniment moindres que celles qui sont déversées par la tour Eiffel. »

Moi : « De fait vous avez pris une position en n’appliquant pas le principe de précaution.»

Le maire : « Oui. »

Lire la suite...

Sujet sur les antennes au conseil municipal du 23 mai 2012

Verbatim des échanges sur le sujet, son et retranscription.

Lire la suite...

vendredi 15 mai 2009

Châtillon : éco-responsabilité et protection des arbres...

P1010009.JPGEn 2006 un permis de construire est accordé sur le terrain de la cantine de l’Aérospatiale pour la construction de 26 maisons de ville, avec le maintien des arbres.

En juin 2008 il s’avère que les tilleuls sont trop proches des maisons. Les entrepreneurs du chantier disent qu’ils vont être abattus. Monsieur le Maire dément formellement...

Lire la suite...