Lors de l'enquête publique du plan local d'urbanisme la commission d'enquête recommandait au maire UMP de Châtillon de "mener une concertation lors de l'élaboration du projet du tramway". C'est dommage qu'il se soit assis sur cette conclusion de 2007 qui aurait pu mettre en lumière bien des questions dérangeantes posées au maître d'ouvrage le conseil général des Hauts de Seine. Notre maire UMP sortant soutient un mauvais projet pour les Châtillonnais car :

  • Il ne vas pas jusqu'à Paris et il n'apportera aucun gain de temps pour les Châtillonnais,
  • Il risque de ne pas être compatible avec les augmentations de population prévues au sud de Châtillon,
  • Il va asphyxier la ligne 13 déjà saturée,
  • Les trois ans de travaux seront un enfer pour les Châtillonnais, les Clamartois et les Fontenaisiens qui prennent les transports en commun,
  • Son coût s'est envolé et cela risque de continuer,
  • La technique pose question.

Châtillon ne doit pas être le terrain d'expérimentation à grande échelle d'un système propriétaire du groupe LOHR Industrie imposé sans étude comparative avec les autres modes de transport. Ce n'est pas parce que cela s'appelle un tramway que l'on doit accepter n'importe quoi. Nous ne céderons pas à des « effets de mode » à 456 millions d'euros. Il est encore possible d'éviter la catastrophe. Nous exigerons du CG92 avec le soutien des autres financeurs qu'il réoriente son projet pour le bénéfice des Châtillonais et des autres communes aux alentours en finançant rapidement un bus en site propre à grande capacité qui pourra évoluer plus tard en tramway sur fer.