• ce tramway, s'il se réalise, est terminus Châtillon : il n'ira pas jusqu'à Paris en aggravant la saturation de la ligne 13,
  • la technologie choisie (tramway sur pneus à rail central) n'est pas fiable, la RATP elle-même en semble convaincue,
  • le coût prévisionnel du projet a déjà dérapé de 110 millions d'euros,
  • ce coût va s'alourdir (tunnel, matériel roulant et gares souterraines ferroviaires qui aujourd'hui ne sont pas dans le budget),
  • la technologie similaire de Caen et de Nancy, le TVR, vieillit très mal ; son constructeur Bombardier a arrêté sa fabrication et la polémique enfle.
  • Nous demandons à Monsieur DEVEDJIAN d'expliquer les raisons politiques pour lesquelles le Conseil général 92 a choisi le Translohr, sans concertation, et de manière illégale.

Nous proposons à Monsieur DEVEDJIAN de "partager sa richesse" en réorientant le projet actuel par la réalisation d'un projet de transport en commun trois fois moins cher, plus fiable, et qui rende vraiment service aux usagers en allant jusqu'à Paris sans sursaturer la ligne 13. Nous lui proposons de réaliser un bus en site propre à haut niveau de service se prolongeant jusqu'à Paris et d'affecter les centaines de millions d'euros économisés à l'amélioration des transports publics : par exemple la ligne 13 au nord et le maillage des bus dans le département. Un tel bus est réalisable très rapidement, il aurait même pu être réalisé depuis longtemps.

Contacts : Francine BAVAY, Jérôme DESQUILBET (Conseiller municipal de Châtillon pour "Châtillon écologie solidaire")

Pour en savoir plus : notre dossier sur le tramway