Aurait il eu des informations privilégiées pour abandonner le choix du Translohr ?

Si l'on appliquait la loi en faisant de véritables études comparatives des différents modes de transport possibles on n'aurait pas ces revirements de situation.

Il serait temps que le Président du conseil général des Hauts de Seine se renseigne auprès de son collègue du ministère de l'écologie qui pourra lui expliquer comment on passe du mauvais projet de Translohr à un projet de bus en site propre à haut niveau de service.

Citations :

article de Var matin du 27 octobre 2008

article de Rue 89 du 17 novembre 2008

Pour plus d'information : notre dossier tramway