Objet : tramway T8

Monsieur le Président-Directeur-Général,

Le projet de Translohr choisi pour le tramway T8 nous inquiète fortement et semble avoir suscité également des inquiétudes de votre part.

Citation du Président du département bus dans le procès verbal 175 page 76 du comité départemental économique et professionnel RATP département bus du 20 juillet 2005 :

« Je vais vous dire une chose : sur le Translohr, la RATP a été la première à émettre des doutes auprès des décideurs. Mais les doutes ou les avis très mitigés de la RATP n'ont pas été retenus parce que les élus locaux voulaient un Translohr. Comme ce n'est pas nous qui décidons, soit nous acceptions la décision des élus, soit nous le laissions confier à quelqu'un d'autre. Nous avons donc décidé de l'accepter plutôt que ce soit quelqu'un d'autre qui l'exploite. Nous ne sommes pas du tout convaincu par le translohr »

Comme vous le savez nous avons déposé une plainte auprès de la Commission européenne pour non-respect de la procédure de concertation et pour illégalité de l'appel d'offres <http://chatillon.ecologiesolidaire.fr/>

Nous avons beaucoup de critiques à formuler sur ce projet, du point de vue de la procédure démocratique, de la solution technique retenue, et des dérives financières. Nous pensons que la transparence est de mise. Aussi, nous aimerions avoir réponse aux questions que nous nous posons, énumérées en annexe A.

D'autre part nous aimerions avoir communication d'un certain nombre de documents cités en annexe B. Nous formulons également quelques propositions en annexe C.

Pour ne pas pénaliser l'ensemble des citoyens financeurs de ce projet et les usagers de cet axe, nous souhaitons que vous fassiez pression auprès du Conseil général des Hauts de Seine, maître d'ouvrage, pour que le projet soit compatible avec la mise en place de bus en site propre à grande capacité car nous pensons que le choix du Translohr nous mènera à une impasse et un gaspillage total des sommes qui auront été engagées.

Merci de nous apporter tous les éclairages possibles sur votre position et l'état d'implication et d'avancement de ce projet de la RATP.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de mes sentiments distingués.

Pour Châtillon écologie solidaire, Jérôme Desquilbet

Annexe A

Questions à la RATP

Financement

* Aucun élément de coût de fonctionnement n'a été donné sur ce projet. Pourriez-vous nous préciser les coûts de fonctionnement prévisionnels de ce projet, tels que connus aujourd'hui, et les comparer à ceux d'un système aussi capacitaire mais à base de tramway sur fer, et en comparant également à un système de bus articulés à grande capacité ? Pouvez-vous nous garantir que la RATP aura les moyens de faire face à ces coûts sans augmenter les coûts de transport ou dégrader le service d'autres lignes comme les lignes de bus ?

* Quel est le taux de rentabilité du projet à la date d'aujourd'hui ?

* Pourriez-vous nous donner communication des coûts de fonctionnement du système identique mis en place à Clermont-Ferrand ?

* Nous sommes étonnés que le projet de tramway puisse avoir été officiellement lancé alors que l'appel d'offre sur les rames n'a pas été attribué. Comme nous l'avons souligné lors de notre recours à la Commission européenne, l'appel d'offre passé par la RATP ne présente pas toutes les garanties de respect des procédures communautaire : il ne permet le choix que d'une seule entreprise. Nous sommes surpris de ne plus le voir apparaître sur votre site. Où en est exactement cet appel d'offre ? Quel est le coût aujourd'hui prévu du matériel roulant ?

Choix de la technique

* Quelle est l'appréciation exacte de la RATP sur le choix du Translohr ?

* Pourquoi n'y a-t-il pas eu mise en concurrence sur les choix technologiques ?

* Pouvez-vous nous donner la liste des élus locaux qui ont appuyé ce projet ?

* Compte-tenu des besoins en capacité, nous avons appris que la RATP envisageait officiellement le choix de rames STE6. Ce choix est il confirmé ? Ces rames n'existent pas encore et nous pensons que la RATP prend un grand risque en acceptant d'être expérimentatrice d'une telle technique. Comment se déroulera la phase expérimentation ? La plateforme sera-t-elle suffisamment large pour faire passer des bus en parallèle ? À partir de quelle date l'ensemble des rames sera-t-il en service ? En cas de saturation de ces rames, quelle solution envisagez-vous pour augmenter la capacité ? En cas d'échec de la technique, le projet prévoit-il une solution de repli à base de bus en site propre à grande capacité ?

* Les esquisses présentées au public laissent apparaître des bandes enherbées sur la plateforme. Comment faire passer des bus sur ces bandes enherbées s'il y a montée en régime progressif du projet ? Les bus ne seront-ils pas obligés d'emprunter la voirie classique, c'est-à-dire d'être bloqués dans les embouteillages pendant les heures de pointe ?

* Une très vive polémique est apparue à Padoue au sujet de la dangerosité du rail pour les deux roues. L'encoche inclinée semble provoquer la chute de nombreux deux roues. Quelles mesures ont été prises pour écarter tout risque avec ce projet ?

* L'enquête publique prévoyait la fréquence d'une rame toutes les 3 minutes 30. Nous avons vu récemment sur le site de la RATP apparaître une fréquence toutes les 4 minutes 30, qui est revenue à 4 minutes suite à un de notre dernier billet mis en ligne sur notre site. Quelle est la fréquence à laquelle la RATP s'engage réellement ?

* Une polémique récente est apparue à Padoue où cette technique est utilisée. Il s'agit des champs électromagnétiques générés dans la cabine conducteur qui en Italie excède la réglementation et à suscité une réaction des conducteurs. Toutes les garanties ont-elle été imposées pour que les normes sur les champs électriques et électromagnétiques soient respectées sur ces nouvelles rames ?

* Nous nous apercevons également que les postes de redressement sont situés à quelques mètres de certaines habitations. Quelles mesures ont été prises pour supprimer tout risque vis à vis des populations riveraines ?

* De même pouvez nous garantir qu'il n'y a aucun risque lié aux caténaires et la proximité de certains logements ?

* Quelles sont les mesures prises pour assurer la sécurité des passagers dans le tunnel de Viroflay ? En avril dernier, l'État n'avait toujours pas donné son feu vert au niveau des éléments de sécurité sur ce projet. Pouvez-vous garantir que le système aujourd'hui est totalement sécurisé sur ce point ?

* Les rames STE6 font 46 mètres de long. Or les quais des stations souterraines de Viroflay n'en font que 42 mètres. Ces rames ne sont pas compatibles avec le projet qui a été mis en enquête public. À notre sens, le rallongement de plusieurs mètres des stations souterraines nécessite la réalisation d'une nouvelle enquête publique car les stations sont construites dans une espace très contraint. Quelles sont les conséquences techniques et financières au niveau des stations du choix de ces rames ? Faudra-t-il également rallonger toutes les stations de surface qui ont été prévue pour des rames plus courtes ?

* Pendant la phase des travaux et par la suite, nous avons proposé des emménagements pour les circulations de bus. Nous souhaiterions les voir intégrées assez rapidement pour ne pas dégrader les conditions de transport. (http://chatillon.ecologiesolidaire.fr/post/2008/09/28/Tramway-T8-%3A-degats-collateraux-sur-les-lignes-de-bus-et-la-station-de-metro-Chatillon-Montrouge)

* À ce titre nous pensons que la prolongation de la ligne 13 d'une station située entre le centre ville de Bagneux et de Châtillon est de nature à désengorger au niveau circulation le nord de la ville de Châtillon et au niveau usager la station de métro Châtillon-Montrouge qui est inadaptée à une augmentation de trafic. Un chiffrage de cette prolongation a-t-il déjà été effectué ? Pourriez-vous nous soutenir pour demander l'inscription de cette prolongation dans le prochain contrat de plan ?

* Au niveau de la station Châtillon-Montrouge, quelles sont les dispositions prises pour accueillir dans le métro les personnes en fauteuil roulant qui emprunteront le tramway T8 et auront le terminus à Châtillon-Montrouge ? Un bus en site propre allant jusqu'à la porte d'Orléans n'aurait-il pas été plus efficace ?

Annexe B

Demande de communication des éléments suivants :

* résultat des études des essais de la RATP du système Translohr en Ile de France,

* rapport sur les coûts de fonctionnement du Translohr à Clermont-Ferrand,

* échanges de courrier entre la RATP, le STIF, le conseil régional et le Conseil général qui donne la position de la RATP sur ce sujet,

* compte-rendus du Conseil d'administration ayant discuté de ce projet,

* échanges de la RATP avec la société Lohr industrie pour l'attribution de l'offre,

* communication du dossier de sécurité du projet,

* dossier complet concernant les études de projet.

Annexe C

Proposition de réaménagement des lignes de bus et du métro

* La première solution serait le remplacement immédiat du Translohr par un bus en site propre à haut niveau de service qui aille jusqu'à Paris.

* La deuxième solution serait de dévier le 295 à partir du rond-point Charles de Gaulle vers le quartier « aérospatiale » puis l'avenue Marcelin Berthelot. Cela permettrait de desservir un quartier de Châtillon assez isolé, et donc de donner la possibilité à de nombreuses personnes d'abandonner leur voiture.

295complete.jpg

* La troisième solution qui relève du maire de Châtillon c'est de retirer une partie des stationnements de la rue de Fontenay pour autoriser de nouveau le passage des bus 162 aujourd'hui et 194 (avec uniquement le retour par la rue de Chartres) demain mais sur un axe sécurisé limité à 20 km/h.

388-294-194complete.jpg

* La quatrième solution serait de mettre en site propre et en sens unique la partie de l'avenue de la république devant France Télécom et de mettre le sens de retour rue Pierre Sémard et rue Etienne Desforges. Cela permet également de supprimer les feux qui sont sur le carrefour devant Siemens. Les bus 194, 294 et 388 verront leur vitesse de circulation s'accélérer.

site_propre_complete.jpg

* La cinquième solution serait de prolonger la ligne 13 d'une station jusqu'à la limite de Bagneux et Châtillon pour soulager la station Châtillon-Montrouge. Cela permettrait également d'y marquer le terminus de la ligne de bus 294, de prolonger le 388 à l'ouest vers la piscine de Châtillon-Malakoff et vers la gare SNCF de Clamart. Cette dernière proposition permettrait de créer un axe est-ouest de transport en commun et également d'aller rapidement sur un autre mode lourd de transport, la gare SNCF. La circulation serait en partie soulagée porte nord à Châtillon par la disparition du terminus du métro Châtillon-Montrouge.

nouvelle_station_de_metro.jpg

Toutes ces solutions sont de nature à augmenter considérablement l'offre de transport en commun et de réduire ainsi l'utilisation de la voiture ce que ne permettra pas le projet actuellement retenu.

Elles peuvent être facilement financées avec les économies procurées par la mise en place d'un bus en site propre à haut niveau de service.

Nous accueillerons avec plaisir et intérêt vos remarques sur nos suggestions.