De nombreuses questions ont porté sur :

* le choix de la technologie : elle est chère, pose des problèmes de fiabilité, d'impossibilité de mise en concurrence car un seul constructeur peut répondre

Réponse des personnes à la tribune:

Monsieur MARSEILLE, Vice-président du Conseil général 92, affirme que ce choix ne se discute pas car il a été décidé en 2000 par le STIF. C'est l'État le responsable de ce choix (le STIF dépendait de l'État à cette époque).

Le représentant de la RATP indique que l'appel d'offre est européen et permet donc à plusieurs concurrents de répondre. La RATP va tirer les enseignements des problèmes d'entretien du système à Clermont-Ferrand

Monsieur SCHOSTECK : c'est la Région et le STIF qui sont responsables.

Les commentaire de Châtillon écologie solidaire

C'est "courage fuyons" généralisé. Tout le monde se refile la patate chaude. Aujourd'hui ce sont les absents qui ont tort donc la Région, le STIF et l'État. Plus personne n'est responsable du projet. Même constatation lors de réunions de Clamart et à Viroflay, les élus locaux ne sont pas responsables de ce choix. On pourrait presque croire qu'ils le subissent. On se demande bien pourquoi avoir fait des enquêtes publiques si toutes les décision étaient déjà prises. Un simple bémol à ces affirmations au regard du droit national et européen : un tel choix ne se fait pas en catimini mais après enquête publique lorsque l'on respecte les formes notamment la production d'études comparatives entre les différentes choix possibles exigé par l'article 14 de la loi 82-1153. L'enquête publique n'a donc pas respectée la loi. L'affirmation de la RATP est fausse puisque l'appel d'offre a été rédigé de telle manière que seule l'entreprise Lohr pouvait répondre. Quant à ce qui se passe à Clermont-Ferrand, il n'y a pas que la fiabilité mais le coût du système. Ils feraient mieux d'arrêter ce choix absurde tout de suite pour éviter un gaspillage encore plus grand de deniers publics. (voir notre billet général)

* sur le fait que le projet n'aille pas jusqu'à Paris,

Réponse

Monsieur Marseille, Vice-président du Conseil général, affirme que ce choix ne se discute pas car il a été décidé en 2000 par le STIF. Il a été décidé il y a très longtemps.

Monsieur Schosteck, Maire de Châtillon affirme que la prolongation n'est pas possible car il faudrait détruire tout le bâti.

Les commentaires de Châtillon écologie solidaire

On est vraiment dans un drôle de pays. Quelqu'un décide quelques chose il y a dix ou vingt ans et on ne doit surtout pas se poser la question après, alors que la loi (que nous avons rappelée) l'impose. D'autant que cette question a bien été posée par les commissaires enquêteurs lors de l'enquête préalable de 2001. La prolongation est tout à fait possible. Il y a déjà des voies de bus en site propre et d'autre part il y a également possibilité de réorganiser la circulation automobile avec les voies situées à proximité.

* sur les conséquences sur les lignes de bus en parallèle

Réponse de la tribune

Le représentant de la RATP présente la déviation du 194 qui va faire du gymkhana en passant par la D906 via la place Charles de Gaule puis en rejoignant l'avenue de la République via l'avenue de la Liberté. Il explique que le 295 sera supprimé mais que par contre que le 68 sera renforcé pour rejoindre la porte d'Orléans.

Les commentaires de Châtillon écologie solidaire

Nous découvrons l'aberration du nouveau trajet du 194 qui va mettre au moins 30 minutes pour traverser Châtillon au lieu de 5 car il sera bloqué dans les embouteillages de la D906, de l'avenue de la Liberté et de l'avenue de la République. On se demande si les personnes de la RATP qui pondent de telles aberrations prennent les transports en commun. Nous proposons un autre trajet et la mise en site propre de l'avenue de la République.

* Sur l'expulsion des personnes en difficultés de deux immeubles de l'avenue de Paris

Réponse de la tribune

Monsieur MARSEILLE indique que la procédure suit son cours.

Monsieur le Maire de Châtillon dit qu'ils n'ont pas priorité par rapport aux autres personnes en recherche de logements.

Les commentaires de Châtillon écologie solidaire.

Il s'agit d'un véritable scandale. Le département le plus riche de France fait le choix d'un projet qui va détruire des immeubles et est incapable d'apporter une réponse rapide à des personnes qui sont des Châtillonnais comme tout le monde. D'autre part lors de l'enquête publique de 2005, ces éléments qui touche la sécurité de citoyens ont ils été mis à la connaissance du public ?

* Sur le fait que les véhicules de secours vont se trouver dans les embouteillages

Réponse

Pas de réponse claire du Conseil général si ce n'est qu'éventuellement, ils pourront prendre la plate-forme dans la mesure où il n'y a pas de tramways qui y circulent.

Les commentaires de châtillon écologie solidaire.

Il suffit d'élargir à 7 m en rognant sur des trottoirs qui n'ont pas d'utilité pour une plateforme qui en fait aujourd'hui 6,5 et on résout le problème. Mieux on peut donner l'accès de la plate-forme aux taxis, aux autres transports en commun comme le SQYBUS et donc rentabiliser pour d'autres usages cet investissement.

* Sur la disparition de la bande enherbée sur la plateforme

Réponse de la tribune

C'est compensé par des aménagements à proximité.

Le commentaire de Châtillon écologie solidaire

En fait on nous a vendu des esquisses alléchantes avec ce vert et maintenant on se rend compte que cela pose des problèmes de réalisation. L'avantage c'est que si on rajoute 50 cm de plate-forme on la rend accessible à d'autres usages. De plus si le système Translohr ne marche pas on pourra au moins y faire passer des bus : tous les investissements ne seront pas perdus.

* Sur la possibilité de remplace ce système par un bus en site propre qui aille jusqu'à Paris

Réponse de la tribune

Il n'offrira pas la même capacité

Commentaire de Châtillon écologie solidaire

C'est dommage de se priver de cette possibilité qui préserve l'avenir et qui surtout permet une articulation avec les autres lignes de bus qui peuvent être conservées et améliorées. Contrairement à ce qu'affirme ceux qui portent le projet, avec une ligne de bus à haut niveau de service à fréquence élevée on peut avoir une vitesse supérieure au Translohr, une capacité équivalente (surtout si l'on y ajoute un service renforcé des bus 194, 294, 295, 388 et un coût d'investissement moindre dans un délai plus rapide. (voir notre billet)

* sur la date de mise en service

À travers la présentation est successivement annoncée à fin 2012 puis avril 2012 pour la fin des travaux de l'infrastructure

Les commentaires de Châtillon écologie solidaire

En fait il y a présentation incomplète car la date d'avril 2012 c'est la date à laquelle la RATP va commencer à poser le rail et les caténaires. Le système roulant sera lui déployé au plus tôt à la fin 2012 avec une phase expérimentale avec des rames à tester pendant une période indéterminée. Il faut également noter qu'il y aura une phase avec tramway et bus qui pour ces derniers seront bloqués dans les embouteillages ( voir notre billet)

Les questions que nous n'avons pas eu le temps de poser :

  • Le dérapage des coûts de l'infrastructure et du matériel roulant,
  • Le coût des stations souterraines,
  • Le coût des déviation de réseau,
  • Les problèmes de réalisation du tunnel,
  • La perturbation du fonctionnement des lignes de bus,
  • Les conséquences de la fermeture de la rue de l'avenir,
  • Que fait une personne en fauteuil roulant une fois qu'elle arrive à la station Châtillon Montrouge,
  • La dangerosité de la piste cyclable,
  • ...

Sur tous ces éléments voir notre synthèse sur le tramway.