On sait ce qu'il advient des concertations du gouvernement. Les décisions de fond sont déjà prises et les corrections ne peuvent être apportée qu'à la marge. Christian BLANC a eu le mérite d'être franc mais en oubliant qu'il faut toujours amuser la galerie par des pseudos concertations.

Ce projet, comme nous l'avons déjà dit, est indéfendable car anti-écologique, anti-social, anti-économique et anti-démocratique. Il doit être abandonné tout simplement.

Le gouvernement est en train de se rendre compte qu'agiter ce projet avant les élections régionales risquerait de faire perdre des plumes à l'UMP. On propose donc de repousser son vote après mars 2010.

Pour enterrer définitivement cette ineptie, il faut battre l'UMP en mars 2010 et proposer un contre-projet réaliste, beaucoup moins coûteux, qui s'intéresse en priorité à ceux qui ont le plus de difficultés pour se déplacer.

Pour plus d'information nos réflexions sur le grand Paris