55 000 nouveaux enseignants auraient pu permettre de créer des dizaines de milliers de classes à mi-effectif de manière à s'attaquer enfin à l'échec scolaire d'une partie de la jeunesse.

L'éducation nationale doit évoluer mais sans diminution d'effectifs. Il n'est jamais trop tard pour remettre en cause une politique gouvernementale stupide.

carte_effectifs.jpg