uses villes étant réticentes à se trouver pieds et points liés avec un seul constructeur préfèrent construire un tramway classique sur deux rails ou des lignes de bus à haut niveau de service, plutôt qu'une technologie propriétaire.

Le respect des procédures de consultation du public oblige à réaliser un comparatif des différentes options et les raisons du choix opérés. Lorsque ces études sont bien faites, le tramway sur pneus n'est pas choisi.

La cour régionale des comptes d'Auvergne vient de révéler des irrégularités dans l'attribution du marché de Clermont Ferrand, notamment à travers le financement de l'expérimentation du système qui aurait dû être à la charge du constructeur et non de la collectivité.

Le marché qui n'est toujours pas signé avec la RATP pour le tramway Châtillon Clamart Vélizy Viroflay ne prévoit pas une telle phase d'expérimentation alors que le type de rame est nouveau par sa longueur.
L'option d'un marché spécifique de la RATP pour financer l'expérimentation parait compromis compte tenu de ce qui s'est passé à Clermont Ferrand.
La prise en charge par Lohr industrie de dizaines de millions d'euros pour cette expérimentation présente un risque important pouvant mettre la société en difficulté en cas de problèmes techniques rencontrés. En a t'elle aujourd'hui les moyens ?

Le conseil général des Hauts de Seine mène tout le monde dans le mur en persistant sur ce choix technologique avec au bout un gaspillage financier de centaines de millions d'euros avec un système dont l'avenir n'est pas garantie. Nous demandons donc une remise à plat immédiate du projet en espérant que les aménagements de la voirie seront compatible avec une solution de bus à haut niveau de service.

Pour plus d'information : notre dossier tramway

Signez notre pétition pour un bus à haut niveau de service pour le T6