Les collectivités, en s'entêtant sur ce projet, ont donc poussé la RATP à payer une rente pendant de nombreuses années à une entreprise privée qui fait son beurre avec les concessions d'autoroute.

Quel sera le coût final d'achat de ce matériel roulant ? Quelle est la raison de ce choix irrationnel ? Quels en sont les conséquences ? Pourquoi Vinci est il entrée dans ce dispositif ? Quel garantie lui a t'il été apporté alors que l'investissement est risqué ? Prendra t'il une part du risque ? Autant de questions qui restent pour l'instant sans réponse.

Nos élus ont il compris que dans la période difficile actuelle, ils ont plus encore un devoir de transparence sur l'utilisation de l'argent des usagers et des contribuables et surtout l'interdiction de faire payer aux générations futures les gaspillages actuels.

Le dérapage financier de ce projet n'est donc pas terminé.

Bravo à la Région ile de France qui va accepter par ce biais une privatisation partielle des transports en commun.

Pour plus d'information : notre dossier tramway

Signez notre pétition pour un bus à haut niveau de service pour le T6