Et pendant ce temps, le Conseil général des Hauts-de-Seine avec monsieur Devedijian à sa tête reste sourd à nos remarques sur ce système et à celles des professionnels. Il continue à jeter par la fenêtre l'argent public pour financer avec nos impôts le plus mauvais projet de transport en commun en France en défendant l'expérimentation grandeur nature d'un nouveau prototype du Translohr sur la future ligne T6 Châtillon-Clamart-Vélizy-Viroflay.

Avec ce nouveau système qui vieillira très mal, nous connaissons déjà le résultat : des usagers pris au piège de rames en panne qui seront obligés de marcher et des embouteillages monstres en permanence pénalisant les cyclistes, les bus, les véhicules de secours, les taxis et les automobilistes.

Pour ménager l'avenir, le Conseil général aurait pu prévoir une plate-forme plus large permettant d'accueillir soit un tramway classique soit des bus en site protégé. Il ne l'a même pas fait.

Jérôme Desquilbet continuera à défendre le choix le moins coûteux et le plus fiable dans une vision globale : un renforcement des lignes de bus actuelles et leur mise en site propre partout où c'est possible.

Extrait du journal il matino de Padova du samedi 5 mars

jpg_3610255.jpg

Tutti i mali del tram Sir1 in coma elettrico già cinquecento volte

Il tram così com'è oggi non va. Il prossimo 23 marzo si festeggerà il suo quarto anniversario da quando iniziò il pre-esercizio tra la Stazione e la Guizza e tutti (o quasi) gli autisti che lo guidano per sei ore e mezza al giorno sono convinti che l'elegante mezzo pubblico, prodotto dall'azienda francese di Strasburgo, Translohr, abbia bisogno di una rivisitazione radicale sia nelle sue componenti tecniche che dal punto di vista della circolazione dal capolinea sud a quello nord, a Pontevigodarzere. Un folto gruppo di autisti, avallato da tutte le sigle sindacali (Cgil, Cisl, Uil, Ugl ed Usb), ha inviato al presidente Amedeo Levorato, al direttore generale, Umberto Rovini ed al vicesindaco, Ivo Rossi, una lettera infuocata, in cui vengono elencati, uno ad uno, tutti i «mali» del tram. Pur riconoscendo il ruolo positivo che il nuovo vettore sta avendo, gli autisti sostengono che sono ancora quattro i suoi «buchi neri». Coma elettronico, che si è verificato dal 23 marzo 2007 minimo 500 volte; climatizzazione interna non pienamente funzionante; guasti improvvisi agli ammortizzatori e, infine, semaforizzazione con annessa onda verde non più intelligente come succedeva agli inizi del Sir 1.

Traduction :

Tous les maux du tramway dans un coma électrique qui s'est déjà produit 500 fois

Le tramway actuel fonctionne mal. Le 23 mars prochain on va fêter son quatrième anniversaire depuis qu'il a commencé son exploitation entre la gare et la Guizza et tous (ou presque) les conducteurs qui le conduisent pendant six heures par jour sont convaincus que ce transport public élégant, produit par les français à Strasbourg, le Translohr, a besoin d'une révision radicale tant dans son système technologique que du point de vue de sa circulation du nord au sud . Une grande partie des conducteurs, approuvé par tous les syndicats (CGIL, CISL, UIL, UGL et USB), a adressé au président Levon Amedeo, le Directeur général, Umberto Ruines et l'adjoint au maire, Ivo Rossi, une lettre incendiaire, dans lequel ils listent, un par un, tous les «maux» du tramway. Tout en reconnaissant le rôle bénéfique du nouveau système, les pilotes font encore valoir que ses quatre "points noirs" : "Coma électronique", qui s'est produit au moins 500 fois depuis le 23 mars 2007 ; problème de fonctionnement de la climatisation ; panne soudaine de amortisseurs ; problème de coordination des feux de circulation ; laissent penser que le procédé était toujours en phase expérimentale.

Pour plus d'information : notre dossier tramway

Signez notre pétition pour un bus à haut niveau de service pour le T6