10 rames à l'arrêt par décision du Préfet

Suite à l'accident du Translohr à Clermont Ferrand en janvier dernier, le Préfet a demandé un audit du translohr. Les premiers résultats de cet audit à cause de l'usure accélérée du matériel lui font préconiser la mise au garage de 10 rames remettant en cause le service de ce transport en commun

des salariés qui mettent en cause le choix initial imposé du Translohr

Nous savions que la RATP était contre le choix du translohr. Il en est de même des salariés de la société T2C qui en ont ras le bol d'une technologie défaillante.

Rapport d'audit calamiteux pour le translohr mais doute sur son impartialité

Il est pour le moins curieux que l'expert choisi pour réaliser l'audit de sécurité du translohr ne soit pas indépendant du Translohr et de la RATP. Il s'agit d'une filiale de la RATP et de la SNCF. Le rapport est plutôt à charge du personnel d'exploitation du système qui ne l'accepte bien sûr pas. Peux t'on imaginer la RATP reconnaître par une de ses filiales que le Translohr est une calamité et donc se tirer une balle dans le pied en reconnaissant ouvertement que le choix du translohr est mauvais pour le tramway T6. Si c'est vraiment un problème d'exploitation, cela signifie que les coûts d'exploitation qui sont déjà faramineux sont en dessous de ce qu'il faut vraiment faire. Cette technologie a donc un coût d'exploitation non compétitif qui ne devrait donc pas permettre de la choisir de manière raisonnée par rapport aux autres systèmes comme les tramways sur fer ou les bus à haut niveau de service.

Citation de Monsieur DEVEDJIAN dans direct matin du 9 mars 2010

Les Franciliens ont le droit de savoir comment ces choix sont faits. Or, au Stif, les débats sont à huis clos. Les élus font leurs petites affaires entre amis et ne sont pas comptables politiquement de ce qu’ils décident.

Pour plus d'information : notre dossier tramway

Signez notre pétition pour un bus à haut niveau de service pour le T6