La formation de haut niveau de nos jeunes doit pouvoir leur donner une perspective d’emploi sur les 40 prochaines années. Quel intérêt y a t’il à former des jeunes sur une dimension de l’énergie nucléaire qui n’a aucun avenir : la construction de nouveaux réacteurs. Il est beaucoup plus pertinent aujourd’hui de les former pour gérer durablement la fin de vie du nucléaire.

En engageant dès maintenant la fin du nucléaire on peut donc programmer sur le long terme les perspectives d’emplois en matière d’énergie nucléaire sans rupture brutale. Cela ne sera pas le cas si les gouvernements qui suivent jouent l’autruche en continuant à miser sur une énergie non compétitive. Tous les milliards d’euros qui seront investis sur l'énergie nucléaire ne le seront pas sur les énergies renouvelables et ce seront nos partenaires économiques qui créerons les emplois dans le domaine de l'énergie. Lorsqu'après plusieurs années le constat sera l’échec de cette politique, quel argent restera t’il pour entamer la conversion de cette industrie ? Quel retard aurons nous accumulé par rapport à nos partenaires étrangers. Une partie de l’industrie nucléaire doit être reconvertie dès maintenant dans la conception de systèmes énergétiques plus durables et les moyens financiers doivent être attribués dès aujourd’hui pour cela.

Organiser la transition énergétique dès aujourd’hui et programmer la fin du nucléaire c’est l’assurance de garantir des emplois durables sans rupture dans l’industrie nucléaire mais aussi dans les énergies nouvelles.

A suivre...

Francine Bavay, Europe Ecologie les Verts,

Conseillère régionale d'Ile de France, candidate EELV aux élections législatives sur la 12ème circonscription législative des Hauts de Seine Châtillon - Clamart - Fontenay Aux Roses - Le Plessis Robinson

Contact

Les billets de Francine BAVAY

http://bavay.eu