Sarkozy et l'UMP ont jeté le masque en affirmant "l'environnement cela commence à bien faire" après nous avoir amusé avec le "grenelle de l'environnement" qui s'est dégonflé comme un ballon de baudruche.

Les politiques qui misent tout sur la croissance ont échoué depuis maintenant 40 ans. Elles sont même devenues mortifères par la consommation de ressources naturelles toujours plus chères, plus destructrices de l'environnement et créatrices d'une pollution globale sur la planète toujours plus importante. Pourtant l'UMP et également le PS continuent à nous faire croire, durant cette élection, que la "Croissance" glorifiée comme un dieu va nous sauver.

C'est d'un changement de société dont nous avons besoin où l'économie sera enfin au service de tous les êtres humains et non l'inverse comme cela se passe aujourd'hui.

Réduire de 40% les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2025, c'est nécessaire pour limiter rapidement le risque de changement climatique.

Lutter contre le changement climatique, ce n'est pas seulement un impératif pour l'avenir mais également pour le présent car cela aura de nombreux impacts immédiats positifs sur l' « écologie » de la planète, dont l'amélioration de la qualité de vie de tous les êtres humains :

  • diminution de la pollution de l'air, de l'eau et du sol,
  • amélioration de la santé de nos ainés et nos enfants,
  • création de centaines de milliers de nouveaux emplois locaux non délocalisables,
  • diminution des gaspillages,
  • économie d'argent,
  • lutte contre l'argent sale, les paradis fiscaux, les dictatures, pour les droits des femmes, et les droits humains,
  • création de nouveaux liens de solidarité.

Pour diminuer la pollution de l'air, de l'eau et du sol

La combustion des énergies fossiles ce n'est pas seulement des émissions de CO2, mais également l'émission de nombreux polluants atmosphériques qui continuent à empoisonner notre atmosphère tous les jours lorsque nous respirons. Les gaz d'échappement des voitures et des camions asphyxient nos villes, particulièrement les jeunes enfants dans les poussettes ou les personnes habitant le long des axes de circulation. La qualité de l'air en 2011 en Ile de France a été mauvaise et cela ne s'est pas arrangé depuis le début de l'année 2012 .

La combustion des énergies fossiles c'est la présence dans l'atmosphère de nombreuses particules toxiques (particules fines, métaux, HAP, PCB,...) qui retombent ensuite sur les sols ou qui ruissellent dans les rivières lors des événements pluvieux. On peut ainsi les retrouver dans toute la chaîne alimentaire jusque dans le corps de nos enfants. Monsieur Sarkozy trouve qu'il y a trop de règlements tatillons. Beaucoup de ces émissions ont baissé grâce à un renforcement de la réglementation et grâce notamment à l'Europe. Nous devons maintenant nous attaquer directement à la source de nombreux polluants atmosphériques en réduisant la consommation d'énergies fossiles ce qui permettra de poursuivre cette baisse jusqu'à des seuils inoffensifs pour la biodiversité et la santé humaine.

Le slogan d'une partie de la droite c'est polluer plus pour dépolluer plus.

Le slogan de l'écologie politique c'est ne pas polluer pour ne pas avoir à dépolluer.

Au delà de la nécessité de lutter contre le changement climatique, si l'on réduit de 40% les émissions de gaz à effets de serre d'ici 2025, on réduit de 40% les émissions de toxiques.

pour améliorer la santé de nos ainés et nos enfants

Les personnes âgées et les enfants sont les plus sensibles à la pollution. Les cancers environnementaux, les allergies, l'asthme n'ont cessé de se développer ces dernières années particulièrement dans les pays en développement ou les conditions de travail sont déplorables et la qualité de l'air dans les mégapoles de plus en plus irrespirable. Nos pays occidentaux ne sont pas épargnés car la pollution de l'air n'a pas de frontières. Des milliers de personnes meurent de manière prématurés à cause de la pollution de l'air en Europe particulièrement pendant les épisodes de chaleur comme nous avons pu en connaître il y a quelques semaines.

La France est assignée par la Commission européenne devant la cour de justice des communautés européennes pour ne pas avoir respecté les obligations de la directive 2008/50/CE concernant la qualité de l'air ambiant au niveau notamment des particules fines les plus toxiques.

Alors que des dizaines de milliers de nos concitoyens souffrent des conséquences de cette pollution, le gouvernement actuel UMP n'a pris aucune mesure qui permettre d'atteindre rapidement les objectifs défendus, à juste titre, par la Commission européenne.

L'Europe a pris, avec l'aval de tous les pays européen, une réglementation contraignante pour protéger notre santé. Ce gouvernement de droite, sous le poids des lobbys, est incapable de la faire appliquer.

En diminuant la consommation d'énergie fossile, on diminue l'émission dans l'air de substances polluantes comme les particules fines. Cela aura un impact direct d'amélioration de la santé de la population et diminuera les coûts de fonctionnement de notre système de santé. Il s'agit donc d'une politique préventive qui limitera le besoin de mise en place de politiques curatives coûteuses de santé publique.

Si l'on réduit de 40% les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2025, on améliore la santé de tous les êtres humains.

Voter écologiste aujourd'hui pour lutter contre le changement climatique, c'est s'assurer la santé de nos enfants et de nos ainés aujourd'hui et demain

pour créer des centaines de milliers de nouveaux emplois locaux non délocalisables

Lorsque nous achetons notre pétrole nous allons enrichir des économies de pétrodollars qui contribuent à désorganiser l'économie mondiale et qui ne redistribuent pas, pour la plupart, cet argent à ceux qui en ont vraiment besoin, les personnes les plus pauvres de la planète. Une partie de cet argent sert le gaspillage énergétique mondial et finance des lobbys puissants qui freinent la prise de mesures d'économies d'énergie, le développement des énergies renouvelables et la lutte contre la pollution pour des fausses raisons de préservation d'emplois.

Plus le pétrole est cher et plus les entreprises des énergies fossiles sont encouragées à chercher ces énergies toujours plus loin quitte à détruire encore plus notre environnement et à mettre en danger la survie de notre planète.

Nous avons aujourd'hui le choix entre dépenser des dizaines de milliards d'euros pour des énergies fossiles toujours plus polluantes et destructrices de l'environnement (pollution de pétrole au Nigéria, accident de la plate-forme Deepwater Horizon du golfe du mexique, accident de la plate-forme Elgin de TOTAL en mer du nord, extraction de gaz de schiste....

Et faire le choix de mettre ces dizaines de milliards d'euros dans des entreprises françaises locales pour :

Isoler nos appartements, développer les énergies renouvelable en France, les installer et les entretenir, entretenir nos paysages, consommer à proximité, gérer et recycler nos déchets près de chez nous, développer les valeurs de solidarité, entreprendre selon les valeurs de l'économie sociale et solidaire, innover dans les thématiques écologiques, préserver et développer des services publics de proximité, ....

Faire ces choix, c'est la garantie de mettre en oeuvre une dynamique de création d'emplois durables non délocalisables.

L'argent que nous gagnons s'il est dépensé localement fera tourner l'économie de nos territoires.

Si l'on réduit de 40% les émissions de CO2 d'ici 2025, on créée des centaines de milliers d'emplois « durables » pour nos enfants

Pour diminuer le gaspillage

Les choix technologiques ne sont pas toujours optimisés. Nous sommes dans une société du gaspillage ou l'on produit des objets dont nous n'avons pas de réel besoin, où l'on invente des systèmes pour compenser les inconvénients d'autres pratiques technologiques :

  • On construit à coup de dizaines de milliards d'euros des nouveaux oléoducs ou gazoducs alors que ces énergies vont s'épuiser et que ces constructions, qui auront détruits des espaces naturels, ne serviront plus à rien une fois les gisements épuisés. On pourrait optimiser les systèmes existants,
  • On construits de nouveaux terminaux de méthaniers qui ne serviront plus à rien une fois qu'il n'y aura plus de gaz à transporter,
  • On va mettre en place des chaines de tris pour trier toujours plus de déchets alors que l'on pourrait dans de nombreux cas ne pas produire ces déchets,
  • On met des milliards d'euros dans des systèmes de stockage du carbone pour compenser les émissions des centrales à charbon alors qu'il est beaucoup plus rentable de diminuer nos consommations,
  • On met des dizaines de milliards d'euros dans des systèmes d'énergie centralisés (centrales nucléaires EPR, production d'hydrogène, nouvelles centrales à charbon) au bénéfice de quelques multinationales alors que les progrès faits dans les énergies renouvelables démontrent que d'ici quelques années la production décentralisée sera rentable au bénéfice de tous les particuliers,
  • On va investir des dizaines de millions d'euros dans des centres de compostage d'algues vertes alors que si on prend de réelles mesures de changement de pratiques agricoles, on n'aura plus d'algues vertes,

...

Si l'on réduit de 40% les émissions de CO2 d'ici 2025, on lutte contre le gaspillage de notre argent et des ressources naturelles.

Pour économiser de l'argent

En changeant ses pratiques et en ciblant les investissements, on peut réduire ses émissions de gaz à effet de serre tout en économisant de l'argent :

  • Moins se chauffer, moins utiliser sa voiture, rouler moins vite, éteindre la lumière et les appareils en veille c'est gratuit et d'économie immédiate,
  • Isoler sa maison, utiliser des appareils économes en énergie, produire sa propre énergie à partir des énergies nouvelles, c'est souvent un investissement immédiat vite amorti,
  • Construire tous les nouveaux logements de manière écologique, cela créée un surcoût faible au regard des économies générées chaque année au niveau des charges,

Continuer dans la logique de croissance effrénée, c'est devoir trouver plus d'argent pour plus de bénéfice pour les multinationales au détriment des besoins fondamentaux, c'est aggraver la pénurie de matières premières et donc augmenter leur coût.

Si l'on économise l'énergie, réduit les quantités d'emballage, c'est une garantie de stabilité des prix des produits de première nécessité.

Si au niveau européen on prend des mesures immédiates pour réduire de 10% les besoins en produits pétroliers, cela aura pour effet de faire baisser la demande et donc stabiliser les prix de l'énergie.

Si l'on réduit de 40% les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2025, cela peut permettre l'économie de plusieurs centaines d'euros par an et par ménage.

Pour lutter contre l'argent sale, les paradis fiscaux, les dictatures, pour les droits des femmes, et les droits humains,

Les centaines de milliards de pétrodollars brassés par l'économie de l'énergie, sont source de guerre, de corruption, de violation des droits humains.

Par le versement de pots de vin, cela créée des situations d'enrichissement illégaux et de spoliation de territoires.

Nous sommes scandalisés en occident lorsqu'une catastrophe comme la fuite du puits de la plate-forme deepwater du golfe du Mexique survient car elle touche l'occident, mais des fuites de pétrole ou de gaz il y en a des quantités qui se déroulent en silence.

Des populations autochtones voient leurs territoires souillés, leurs moyens de subsistance remis en cause, leur santé dégradée.

Une partie de cet argent va s'installer dans des paradis fiscaux, contribue à la spéculation immobilière dans les grandes capitales comme Paris.

Cet argent soutient pourtant des régimes qui discriminent les femmes par rapport aux hommes comme en Arabie saoudite.

Nos gouvernants restent muets devant ces violations.

Le bénéfice des entreprises pétrolières en 2011 a dépassé les 200 milliards de dollars.

Avec cet argent investi sur d'autres sources d'énergie on pourrait résoudre les problèmes énergétiques mondiaux en quelques années.

Si l'on réduit de 40% les émissions de CO2 d'ici 2025, on réduit la corruption et préserve les droits des citoyens.

Pour recréer de la solidarité

En privilégiant les approches locales on recrée du lien social.

L'exemple des AMAP est un exemple concret d'approche intégrée entre un agriculteur et un groupe de consommateur : un circuit de consommation sans intermédiaire qui minimise les coûts de transport et la production de déchets et garantie l'origine et la qualité du produit.

Consommer local c'est faire circuler l'argent dans sa ville.

Créer des entreprises dans l'économie sociale et solidaire c'est avoir une autre approche de l'entreprise où les liens humains priment sur la finance.

Diminuer l'usage de sa voiture et privilégier les déplacements actifs à pieds ou en vélo c'est augmenter les chances de rencontre entre les individus.

Mettre en place dans les villes des ambassadeurs allant à la rencontre des citoyens pour les aider à diminuer leur consommation d'énergie c'est une formidable source de liens dans la ville.

Se mettre ensemble pour produire sa propre énergie, c'est entraîner de plus en plus de personnes dans des gestes écologiques.

...

Si l'on réduit de 40% les émissions de CO2 d'ici 2025, on crée de plus en plus de lien social.

Voter écologiste aujourd'hui pour lutter contre le changement climatique, c'est s'assurer que l'on investira notre argent dans des secteurs qui créent de plus en plus de lien social.

Les solutions possibles pour lutter contre le changement climatique

La lutte contre le changement climatique n'est pas un objectif unique. Les effets indirects induits d'une réduction de la consommation d'énergie fossile sont tellement importants que chacun d'entre eux justifie que l'on agisse dès maintenant pour réduire de 40% d'ici 2025 les émissions de gaz à effets de serre.

40% d'émission de CO2 d'ici 2025 c'est possible par des mesures simples :

Environnementales :

  • réduire sa vitesse en voiture, 19°C chez soi en hiver et 17°C dans les chambres, couper les veilles et n'allumer les appareils électriques que lorsqu'on les utilise,
  • réduire la vitesse sur autoroute à 110 km/h et sur route à 80 km/h,
  • améliorer et réduire la consommation des infrastructures existantes plutôt que construire des nouvelles infrastructures (autoroutes, Lignes de train, stades, immeubles de bureaux...)
  • développer la fréquence et le confort des réseaux de bus et les mettre en site propre sur les axes congestionnés sur tous le territoire pour permettre à ceux qui le souhaitent d'abandonner leur voiture,
  • développer les circulations actives (véritables pistes cyclables pour aller travailler) et les parcs à vélos sécurisés dans les immeubles et surveillés autour des gares,
  • développer les systèmes de covoiturage, d'autopartage et de location de voitures,
  • reconstruire la ville sur la ville pour limiter les coûts de fonctionnement, plutôt que d'occuper de nouveaux espaces naturels,
  • imposer dès maintenant les bâtiments à énergie positive,
  • isoler les bâtiments anciens pour réduire leur consommation,
  • imposer des mesures strictes pour limiter la consommation des appareils utilisant l'énergie,
  • augmenter la durée de vie des biens matériels et en finir avec leur fin programmée pour pousser à la consommation,
  • limiter les besoins en transports des biens matériels,
  • développer massivement la production d'énergie renouvelable de proximité (petit éolien, panneaux solaire, bois,...),
  • électrifier progressivement le parc de véhicules,

...

Une association comme NEGAWATT a très précisément proposé un scénario crédible de sortie du nucléaire et de réduction massive de l'utilisation des énergies fossiles.

Sociales :

  • développer le bénévolat dans les secteurs sociaux et environnementaux,
  • valoriser l'engagement social et environnemental des jeunes et des retraités,
  • relocaliser ses consommations en privilégiant les circuits courts (Amap, production d'énergie locale,..),
  • mettre en place dès maintenant les formations qualifiantes des ouvriers, artisans, ingénieurs et architectes pour avoir des projets et emplois avec une approche naturellement écologique,
  • développer l'économie sociale et solidaire autour de projets écologiques,

...

Démocratiques :

  • appliquer les lois qui favorisent la participation du public sur les projets importants afin de mettre sur la table l'ensemble des options possibles en les comparant de manière économique, environnementale et sociale,
  • créer un site Internet de ressource de toutes les enquêtes publiques de manière à pouvoir échanger les bonnes pratiques et enrichir la réflexion,
  • simplifier les structures administratives pour plus de simplicité dans le fonctionnement du système décisionnel,
  • favoriser la participation locale permanente des populations sur les sujets qui les concernent,
  • conditionner les subventions et aides publiques au respect des engagements écologiques et sociaux,

...

Pour lutter efficacement contre le changement climatique et les conséquences néfastes de l'utilisation des énergies fossiles votez pour une députée de la gauche et de l'écologie

Francine Bavay, Europe Ecologie les Verts,

Contact
Conseillère régionale d'Ile de France, candidate EELV aux élections législatives sur la 12ème circonscription législative des Hauts de Seine Châtillon - Clamart - Fontenay Aux Roses - Le Plessis Robinson

http://bavay.eu
http://twitter.com/#!/bavay
http://www.facebook.com/bavay.eu http://chatillon.ecologiesolidaire.fr/tag/Bavay